Julia H en concert à Becco, le mardi 31 mai

2016-05-12 - Répétition Julia H Becco (13)

Julia H est venue découvrir l’église de Becco en prévision du concert qu’elle y donnera, à l’invitation du Centre culturel de Theux, le mardi 31 mai prochain à 20h : photos et interview

 

Rencontre avec une jeune chanteuse talentueuse, passionnée et déterminée !

Qu’allez-vous chanter le 31 mai à Becco ?

Le concert du 31 mai sera composé de reprises et de titres de ma composition. Tous parlent d’émotions, de ce que je vis, de mes questionnements ; j’aime aborder les thèmes du changement, de l’identité, d’oser être soi-même. J’aime que ces thèmes puissent résonner chez les personnes qui viennent assister aux concerts.

Pourquoi chantez-vous en anglais ?

J’entends beaucoup de gens exprimer leur déception que je ne chante pas en français. Pour moi, l’anglais, c’est un choix. C’est une langue que j’aime parler et que je trouve chantante. Quand elle est mise en chansons, elle contient pour moi une composante émotionnelle importante, de par les sonorités qu’elle apporte. En peu de mots, on peut emmener les gens dans des émotions. Ce n’est pas toujours le cas du français qui requiert une écriture plus pointue pour être crédible. Je ne dis pas que j’ai raison de dire ça… mais c’est ma perception personnelle et actuelle. J’ai ressenti beaucoup de frustrations avec le français. Avec l’anglais, j’ai trouvé un canal idéal pour exprimer toute une série de choses que j’avais besoin de dire.

J’ai aussi conscience que les gens viennent pour partager, que mes chansons ont pour but de créer du lien, que les gens se sentent touchés et compris dans ce qu’ils vivent… que c’est pour cela qu’ils aiment comprendre ce que je raconte. Alors, je leur parle pendant les concerts… J’introduis les chansons, j’explique de quoi parlent les textes. Je leur donne accès à mon monde intérieur, pour qu’ils puissent se sentir en lien… Certains diraient peut-être que c’est de la folie de se montrer, si entier. Moi, je dis que c’est tout la beauté de ce métier…

Comment avez-vous développé votre manière de chanter ?

Je chante depuis toute petite… Je me sens remplie de musicalité et de poésie que j’ai eu envie d’exprimer par le chant. C’est au fil des années que j’ai développé ma voix, en m’entraînant à reproduire les sons que j’entendais, en chantant les chansons de mes artistes préférés, encore et encore, jusqu’à obtenir satisfaction de ce que je faisais. J’ai également pris quelques cours de chant, à gauche à droite, et suivi des stages, pour acquérir quelques outils techniques.

Justement, quel genre de musique écrivez-vous et interprétez-vous ?

C’est de la musique qu’on pourrait qualifier de « folk ». Elle tire son influence de tous les artistes et genres que j’ai pu écouter étant plus jeune, en particulier le pop-rock. C’est une musique accessible, qui permet à chacun de s’y retrouver. Et cette simplicité permet justement d’attirer l’attention sur la profondeur des textes.

Quels sont vos projets ?

Je suis en train de lancer mon projet professionnel, qui tourne autour de la voix, du corps et du développement de la personne. Actuellement, cela prend la forme d’ateliers individuels et collectifs, dans lesquelles je guide les participants à se « reconnecter » à leur voix. Et leur voix, pour moi, cela veut notamment dire, leur identité, qui ils sont. Pour cela, je fais souvent un parallèle entre la « voix » et la « voie ». J’ai envie d’aider les gens à trouver leur chemin de vie, à travers une exploration intérieure qui passe par le corps et la voix.

J’ai quelques projets de collaborations futures pour mes ateliers : On m’a notamment demandé d’animer un week-end « voix » en néerlandais ! Cela me permet de concilier tous les aspects de ma personnalité, ce que j’aime faire avec tout ce que j’ai appris dans mon parcours de vie (j’ai étudié les langues germaniques à l’université).

Non seulement vous chantez, mais vous jouez de la guitare, c’est un autre apprentissage !

J’ai commencé la guitare à 17 ans, à la suite d’un voyage scolaire où j’ai eu une révélation à propos de cet instrument. J’ai vu dans la guitare une possibilité de soutenir mon chant. De pouvoir me produire en m’accompagnant d’un instrument et donc d’être autonome. C’est à partir de là que j’ai commencé à me produire devant des groupes d’amis… Puis progressivement, les publics se sont élargis…

Est-ce que votre vocation artistique a été encouragée par votre famille ?

Au départ, pas particulièrement, car mes parents n’étaient pas très enthousiastes que j’envisage l’artistique comme un métier. Ils voulaient s’assurer que je ne manquerais de rien et que je pourrais gagner ma vie, sans vivre dans l’insécurité. En sentant cela de leur part, j’ai donc opté dans un premier temps pour des études, afin d’avoir un bon diplôme. Mon choix fut d’étudier les langues germaniques, car j’aimais les langues à l’école et j’adorais par-dessus tout le contact avec les gens. Je ne regrette pas mon parcours. Mais je suis heureuse d’assumer aujourd’hui mon choix de faire de la musique. Quand mes parents ont compris que c’était vraiment mon souhait de chanter… ils ont accepté ma décision et m’ont beaucoup soutenue. Ils viennent régulièrement à mes concerts… Je les remercie de leur soutien.

Un métier d’artiste, ce n’est pas toujours facile financièrement ? Vous avez sûrement d’autres cordes à votre arc ?

Je n’ai pas hésité à avoir un mi-temps dans des fonctions très variées, notamment comme vendeuse dans un magasin bio ! Je retrouverai un mi-temps « alimentaire » si nécessaire, mais je préférerais, bien sûr, pouvoir consacrer toutes mon énergie à mes projets !

Il en faut de l’énergie, pour se faire connaître ?

Oui ! J’ai fait un choix audacieux de vouloir cheminer à ma manière, quitte à ce que cela prenne du temps. Je n’ai pas envie que quelqu’un s’accapare ce que je fais et lui donne la couleur qui lui chante. C’est mon projet et je le défends. J’ai besoin de pouvoir être moi à 100%, de dire ce que j’ai à dire, avec la forme qui me plaît, avant que quelqu’un n’intervienne. Cela ne veut pas dire que je refuse des aides extérieures… mais avant d’envisager des collaborations et d’avoir une équipe qui m’accompagne, j’ai besoin d’être moi, d’assumer/de m’autoriser à être toute la personne que je suis. Sans que l’on me mette aucune restriction.

Ensuite, par rapport au métier artistique, j’entends beaucoup de musiciens dire que c’est difficile d’en vivre. Ce sont des croyances qui ne sont pas forcément fausses, mais qu’on véhicule beaucoup dans le milieu artistique et qui peuvent inhiber ou faire peur. Je crois qu’il y a moyen de créer des portes d’accès pour réaliser pleinement ce que l’on veut faire. Il ne faut pas toujours attendre des subsides, ni croire que c’est peine perdue parce qu’il n’y a soi-disant pas de lieux qui peuvent nous rémunérer. On peut aussi créer ces lieux. On peut organiser des concerts soi-même, en pleine nature, par exemple. Ou encore se faire inviter chez des gens pour un concert privé. Il faut ouvrir son champ de perception et alors la magie peut opérer… Tellement de choses sont possibles, si on y croit !

Julia H (sur des questions d’Anne-Elisabeth Nève)

P.S. Ci-dessous, quelques photos prises pendant que Julia H testait la sonorité de l’église et l’installation sono, et que Niels et son collègue du CC Theux effectuaient les réglages et… prenaient des photos !

P.S. 2 Une page Facebook est créée par le CC Theux pour l’événement : merci de partager 🙂 !

P.S. 3 Julia H était l’invitée de l’émission C’est l’heure du goûter de la radio RCF Liège, ce jeudi 19 mai. Vous pouvez (ré)écouter cette émission en cliquant sur ce lien ! Julie intervient dans l’émission à la 34ème minute.

P.S. 4 A l’issue du concert, vous pourrez partager un bon moment grâce au bar tenu sur la place de Becco par le comité des Beccotis : merci à eux !

Affiche « SemainedelaMusique » à télécharger !

Publicités
Catégories : Activités au village | Étiquettes : , , , , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Julia H en concert à Becco, le mardi 31 mai

  1. Anne-Elisabeth

    A reblogué ceci sur Syndicat d'Initiative de La Reidet a ajouté:

    Un concert pas banal à l’église de Becco, dans le cadre de la Semaine de la Musique organisée par le Centre culturel de Theux, le mardi 31 mai à 20h : bienvenue !

  2. Pingback: Un concert dans l’église de Becco, le mardi 31 mai ! | Unité pastorale de Theux (Liège, BE)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :